"Que qu'il parloient d'un et d'el,
Uns vaslez d'une chambre vint,
Qui une blanche lance tint
Anpoigniée par le milieu,
Si passa par antre le feu
Et çaus qui el lit se seoient.
Et tuit cil deleanz veoient
La lance blanche et le fer blanc,
S'issoit une gote de sanc
Del fer de la lance an somet,
Et jusqu'a la main au vaslet
Coloit cele gote vermoille.
Li vaslez vit celle mervoille
Qui leanz ert la nuit venuz,
Si s'est del demander tenuz,
Comant cele chove avenoit,
Que del chasti li sovenoit
Celui qui chevalier le fist,
Qui li anseigna et aprist
Que de trop parler se gardast ;
Si crient, se il le demandast,
Qu'an li tenist a vileni :
Por ce si nel demanda mie.
Atant dui autre vaslet vindrent,
Qui chandeliers an lor mains tindrenr
De fin or, ovrez a neel.
Liz vaslet estoient mout bel
QUi les chandelirs aportoient ;
An chascun chandelier ardoient
Dis chandoiles a tot le mains.
Un graal antre ses deus mains
Une damoisele tenoit,
Qui avuec les vaslez venoit,
Bele et jante et bien acesmée.
Quant ele fu leanz antree
Atot le graal qu'ele tint,
Une si granz clartez i vint
Qu'ausi perdirent les chandoiles
Lor clarté come les estoiles
Quant li solauz lieve, ou la lune.
Après celi an revint une
Qui tint un tailleor d'arjant.
Li graaus, qui aloit devant,
De fin or esmeré estoit ;
Pierres precïeuses avoit
El graal de maintes menieres,
Des plus riches et des plus chieres
Qui an mer ne an terre soient :
Totes autres pierres passoient
Celes del graal sanz dotance.
Tot ausi con passa la lance,
Par devant le lit s'an passerent
Et d'une chanbre an autre antrerent.
Et li vaslez les vit passer
Et n'osa mie demander
Del graal cui l'an servoit,
Que toz jorz an son cuer avoit
La parole au prodome sage,
Si criem que il n'i et domage
Por ce que j'ai oï retreire
Qu'ausi bien se puet an trop teire
Con trop parler a la foiiee.
Ou bien l'an praigne ou mal l'an chiee,
Ne lor anquiert ne ne demande."

Pendant qu'ils parlaient de choses et d'autres, un valet sorti d'un chambre, avec un lance blanche qu'il tenait par le milieu, et il passa entre le feu et ceux qui étaient assis sur le lit ; et tous ceux qui étaient là voyaient la lance blanche et son fer tout aussi blanc. Une goutte de sang perlait de la pointe du fer de la lance, et jusqu'à la main du valer coulait cette goutte vermeille.
Le jeune homme, qui était arrivé la nuit même en ces lieux, vit cette merveille, mais il se retint de demander comment se porduisait cette aventure, car il se souvenait de la recommandation de celui qui l'avait fait chevalier : il lui avait enseigné et appris qu'il se gardât de trop parler. Aussi craignait-il que, s'il posait une question, on la prît pour une grossierté : c'est pourquoi il ne posa pas de question.
Alors survinrent deux autres jeunes hommes qui tenaient en leurs mains des chandeliers d'or fin incrusté de nielles. Très beaux étaient les jeunes hommes qui portaient les chandeliers. Sur chaque chandelier brpulaient dix chandelles à tout le moins. Un grand graal entre les deux mains, une demoiselle venait avec les jeunes hommes, belle, gracieuse, parée avec élégance. Quand elle fut entrée dans la salle avec le graal qu'elle teniat, une si grande clarté se répandit que les chandelles en perdirent leur éclat comme les étoiles ou la lune quant le soleil se lève.
Après celle-ci, il en vint une autre qui tenait un tailloir d'argent. Le graal, qui venait en tête, était d'or fin très pur ; des pierres précieuses étaient enchâssées dans le graal, des pierres de toutes sortes, les plus riches et les plus rares qui soient dans les mers et sur terre : toutes les autres pierres étaient surpassées par celles du graal, sans aucun doute. Tout comme passa la lance, ils passèrent devant le lit et ils allèrent d'un chambre à une autre.
Et le jeune homme les vit passer, sans qu'il osât demander au sujet du graal à qui on le servait, car il gardait toujours en son coeur la recommandation du sage gentilhomme. Je crains que ce ne soit fâcheux car j'ai entendu affirmer qu'on peut aussi bien trop se taire que trop parler à l'occasion. Mais, que ce fût pour son bien ou pour son malheur, il ne leur posa aucune question.

Le Roman du Graal, Chrétien de Troyes, 1182.